< retour

Née à Caen en 1971, Raphaëlle LATINI a une pratique de danse régulière depuis sa première enfance (classique et contemporaine). Artiste protéiforme, graphiste, vidéaste, scénographe, diplômée des Beaux-Arts de Caen: le corps et le mouvement se retrouvent toujours au centre de ses recherches. C’est en 2003 qu’elle reconstruit son quotidien autour d’une autre passion: sonore, intime, régénérante, vitale.
Dès 2004, elle crée le personnage de Madame Twill et met en place son identité graphique et sonore. Dj dans les bars-club parisiens (O.P.A, Pulp, Barourcq, cabaret sauvage…). Son approche différente des platines et les matières sonores proposées l’embarquent autant dans les bars, les centre chorégraphiques Nationaux que lors d’atelier de danse contemporaine. C’est tout naturellement qu’elle recentre son travail vers le spectacle vivant que ce soit en musique pour Plan de Vincent Dupont, en scénographie pour Borges vs Goya (Rodrigo Garcia) avec la cie Akté, ou en réalisant des modules (vidéo, musique, scénographie) pour des performances chorégraphiques: “Appartement 63″ (2005).
En 2007, elle fonde le Groupe ENTORSE, l’inaugure avec “Love Affair, green girl” (théâtre radiophonique) et entame une belle collaboration avec Samuel Lefeuvre dans “Accidens (ce qui arrive)” (2010), “[àut]“ (2012), “Haute résilience” (2013) et “Hantologie” (2014). Parallèlement, elle collabore à nouveau avec Vincent Dupont: “Incantus” (2007) et “Souffles” (2010). Crée les bandes son de “Neige” (2010) pour Michèle Anne De Mey/Charleroi danses – de “À Louer” (2011) , “Vader” (2014) et “Moeder“ (2016) de Peeping Tom “The Missing Door” (2013) et “the Lost Room” (2015) en collaboration avec la Nederlands Dans Theater – ainsi que pour le Residenz theater dans The Land (2015).